conakrytime

Grande interview de l’Ambassadeur d’Allemagne en Guinée qui refuse de parler du 3è mandat d’Alpha Condé

LES PLUS POPULAIRES  /  29 Jul 2016

Dans cette grande interview accordée à www.conakrytime.com , l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en Guinée nous parle de coopération, de Visas, d’immigration clandestine… mais refuse de parler du fameux 3è mandat du professeur-président Alpha Condé et du très faible financement de l’Occident en Guinée qui est, très malheureusement, tout sauf un pays crédible, pourtant assis sur une mine d'or.

Conakrytime.com : Bonjour Monsieur l’Ambassadeur ! Comment se portent les relations diplomatiques entre la Guinée et l’Allemagne ?

Matthias VELTIN : Les relations se portent très bien. Pas seulement au niveau politique et diplomatique. Aussi sur le plan de la coopération.

Vous savez, il y’a de longues relations entre la Guinée et l’Allemagne. Au delà de ça, je suis très heureux d’être là depuis une année maintenant pour contribuer à identifier ces relations.

Voulez-vous nous parler des fruits de notre coopération ?

Oui, justement. La Guinée déjà est un pays prioritaire dans nos coopérations. Surtout avec cette démocratisation qu’enregistre ce pays. Parce qu’il fut un temps où la Guinée était confrontée à des régimes militaires.

Ce qui avait freiné nos relations bilatérales. Si nous prenons le domaine de la santé, l’Allemagne compte s’investir dans ce domaine pour l’équipement des hôpitaux à Conakry et à l’intérieur du pays notamment Mamou, Labé, Kindia…

Quelles sont les différentes coopérations de développement qui existent entre la Guinée et l’Allemagne ?

Pour parler de grands secteurs de coopération, nous avons la santé et l’éducation.

Dans le domaine de l’éducation, on a élaboré la construction de 150 écoles primaires dans la région de Faranah où il n’y avait pas d’écoles au paravent dans les villages très éloignés et en même temps renforcer les capacités dans les systèmes scolaires.

Dans le domaine de la Santé l’Allemagne va aider la Guinée pour l’équipement des hôpitaux à Conakry et à l’intérieur du pays notamment Mamou, Labé, Kindia…

Qu’est-ce que l’Union européenne à laquelle votre pays appartient fait ou compte faire pour la Guinée pour l’aider à décoller ?

Nous comptons apporter notre aide dans la gestion des mines et renforcer le secteur de l’administration guinéenne en encourageant les compagnies privées pour que la Guinée puisse développer ses ressources naturelles.

Nous avons encore des programmes particuliers notamment sur le respect des droits de l’homme.

Au niveau de l’éducation encore, nous comptons financer un laboratoire de linguistique à l’Université de Conakry pour des cours de langues Allemandes.

Voulez-vous dire pourquoi la Guinée n’obtient pas d’aide importante ni avec l’Union européenne, encore moins avec l’Allemagne ? Est-ce que c’est parce que le régime guinéen n’est pas assez crédible ?

Pas de réponse.

Comparés aux montants que d’autres pays africains comme la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal… reçoivent, la Guinée ne reçoit de l’Union européenne et de l’Allemagne que des muettes.

Pas de réponse.

En tant que diplomate et représentant d’un grand pays démocratique comme l’Allemagne, comment observez-vous l’impasse politique guinéenne qui ne finit pas malgré l’avènement d’un professeur qui se dit ’’premier président démocratiquement élu’’ qui ne sait même pas organiser d’élections législatives et locales ?

Ma première inquiétude d’abord, ce sont les problèmes d’ordre politiques. Mais le problème des guinéens doit être réglé par les Guinéens eux-mêmes.

Ce n’est pas à la communauté internationale de le régler. Je constate que tous les côtés disent qu’ils sont prêts pour le dialogue.

Ça, c’est essentiel. Mais, ça ne porte pas fruit comme nous le voulons. Il est important de renter dans ce dialogue et surtout de le prendre au sérieux.

Les manifestations de l’opposition guinéenne de 2010 à 2013 pour réclamer la tenue des élections législatives ont assassiné plus de 50 jeunes et enfants manifestants avant de trouver un accord avec le pouvoir en place. Cette même opposition vient d’annoncer la reprise des manifestations le 4 aout prochain. Quel conseil l’Union européenne et l’Allemagne ont déjà donné aux deux protagonistes pour la résolution de cette autre crise ?

Nous savons que le droit de manifestation est un droit universel. Seulement, il faut la menée dans le calme et sans violence.

J’ai compris que c’est un commentaire, parce que ce n’est pas concrétisé. Il faut toujours sensibiliser les manifestants pour ne pas qu’on enregistre des violences et des victimes comme d’habitude.

Je demande aux deux camps de rester sages et reprendre le dialogue favorablement, éviter des situations qui mènent toujours à des violences.

Récemment le professeur-président Alpha Condé a exprimé une folle volonté de modifier la Constitution guinéenne et chercher un troisième mandat. Comment l’Union européenne et l’Allemagne ont perçu cette folie ?

Pas de réponse…

Si donc cette folie se confirme et se réalise, en 2020 l’Union européenne et l’Allemagne vont soutenir le troisième mandat du professeur-président Alpha Condé ?

Pas de réponse…

Voulez-vous dire à quel point il est facile ou difficile pour un citoyen guinéen d’obtenir la permission d’entrer en Allemagne et voulez-vous dire combien de Visas votre pays délivre à Conakry par mois et par an et par rapport à combien de demandes ?

Si les conditions sont là, je peux dire que ça ne serait pas aussi difficile d’avoir un Visa. Nous sommes confrontés à des migrations clandestines qui veulent illégalement séjourner en Allemagne et surtout cette question de terroriste qui prend aujourd’hui de l’ampleur.

Nous donnons plus de 1.OOO Visas par an. L’année dernière, nous avons donné 1119 Visas dans l’ensemble. Et la plus part d’entre eux sont des étudiants.

Pour cette année, nous avons déjà donné 632 visas dans l’ensemble. Nous constatons donc que ce nombre est croissant.

Nous encourageons les migrations légales. Parce qu’il y’a des jeunes qui veulent aller se former en Allemagne ou ailleurs dans le monde.

Nous aimerions avoir plus de migrations légales que le contraire. Les jeunes étudiants, contrairement à ceux qui y partent illégalement savent ce qu’ils veulent et ont pour l’objectif, étudier.

Et pourquoi il y’a beaucoup de refus de Visas dans votre Ambassade?

Là, je pense qu’il faut passer au contrôle de l’application des visas. Les problèmes de sécurité et surtout les migrations illégales sont des problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Et cela nous préoccupe sans cesse.

Pour terminer notre entretien parlez-nous du terrorisme en Europe et dans votre pays Allemagne qui vient d’être attaquée quatre fois en une semaine.

C’est évident. Le terrorisme actuel est un grand défi en Europe. Tous les pays de l’Europe sont presque touchés, même l’Allemagne.

Et les attentats sont divers par origine ou par condition. Je sais qu’il faut coopérer avec les pays Européens et dans d’autres régions.

On avait trouvé en Allemagne des terroristes qui avaient planifié des attaques et aussi en France. Je sais que des mesures sont déjà prises pour plus d’efficacité à cette menace.

Dernière question ! Avez-vous d’autres messages dans d’autres domaines dont on n’a pas parlés ?

J’aimerais toujours insister sur ces migrations illégales. Car je suis convaincu que les jeunes prennent des initiatives pour plus de créativités pour faire avancer leur propre avenir et aussi l’avenir de ce pays.

J’ai fait quelques déplacements à l’intérieur de ce pays (Guinée Ndlr) où j’ai rencontré beaucoup de jeunes qui ont la capacité et la volonté de changer et de développer les choses.

Il faut qu’ils aient plus de courage et de soutien moral et financier. Avec ça, il y aura des avancées significatives dans ce sens.

Si toutes les conditions de vie sont réunies, il y aura moins de migrations illégales. L’Etat doit encourager la couche juvénile en créant des entreprises ou des industries pour éviter ces migrations illégales.

Merci Monsieur l’Ambassadeur.

Interview réalisée par Alpha Issiaga Bah

Tél : 620 031 040