conakrytime

France: victoire pour les femmes de chambres de l'hôtel Ibis Batignolles à Paris

AFRIQUE & MONDE  /  25 May 2021

Après plus d’un an et demi de lutte, un protocole d’accord a été négocié. Il doit être signé ce mardi 25 mai. Ces vingt travailleuses ont notamment obtenu des revalorisations salariales.

C’est un combat emblématique. Et rare par sa durée : vingt-deux mois de lutte dont huit mois de grève intégrale. Les discussions sont longtemps restées au point mort avant que les employeurs de ces vingt femmes de chambre ne cèdent face à leur pugnacité.

Ce qu’elles dénonçaient depuis le début en juillet 2019 : une inégalité de traitement entre elles, employées par un sous-traitant de nettoyage, STN Groupe, et les autres salariés de l’hôtel.

L'Ibis Batignolles, le deuxième plus grand hôtel Ibis de France avec plus de 700 chambres, est devenu par cette lutte, la plus longue jamais menée par la CGT-HPE, l'emblème des conditions de travail dégradées des femmes de chambre.

Accor a cédé
Ce qu’elles ont obtenu : des revalorisations salariales de 250 à 500 euros, une augmentation des qualifications et le passage à temps complet pour certaines d’entre elles. La cadence de trois chambres et demie nettoyées par heure est également ramené à trois chambres. Seul bémol : celles qui travaillent pour la société de sous-traitance ne seront pas intégrées par l'Ibis Batignolles, comme elles le réclamaient au groupe Accor.

La semaine dernière encore, des confettis plein les poches, elles envahissaient le hall de l’hôtel Pullman Tour Eiffel appartenant au même groupe Accor. Elles avaient saisi en décembre les Prud'hommes pour réclamer leur embauche par le groupe Accor et dénoncer « la sous-traitance de la discrimination ».

Après deux ans, face à la multiplication des piquets de grève et autres actions devant l’Ibis des Batignolles, le géant de l’hôtellerie a craqué, au moment où la reprise de l’été s’annonce cruciale pour tous les établissements du groupe.

â–º À lire aussi : France: des femmes de chambre en grève dénoncent l'inaction du gouvernement

Avec RFI