conakrytime

France: la cour d'appel de Paris libère Patrick Balkany

AFRIQUE & MONDE  /  13 Feb 2020

La cour d’appel de Paris a ordonné la libération de Patrick Balkany, mercredi 12 février, cinq mois après son incarcération pour fraude fiscale. L’état de santé du maire de Levallois-Perret, qui s'est fortement dégradé durant ces dernières semaines à la prison de la Santé, rendait « difficilement compatible » sa détention. Un contrôle judiciaire léger est imposé à l’homme politique.

PUBLICITÉ

Il a le visage émacié et un petit sourire aux lèvres. Patrick Balkany n’est plus aussi fringant et énergique qu'il y a quelque temps, avant qu'il ne connaisse la prison. Mais il est apparu visiblement heureux, ou au moins soulagé, au moment de quitter la maison d’arrêt de la Santé, en fin d’après-midi mercredi 12 février. Son épouse Isabelle était là pour l’accueillir. « Le bonheur, ça ne se décrit pas », a lâché celle qui, en sa qualité de première adjointe, a remplacé son mari au poste de maire de Levallois-Perret depuis l’incarcération de ce dernier.

Condamné à quatre ans de prison pour fraude fiscale le 13 septembre, puis à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé le 18 octobre, Patrick Balkany a retrouvé la liberté. Ses quatre premières demandes de libération avaient été refusées. La cinquième a été la bonne.

Victime d’un infarctus de l'intestin, fortement amaigri et dépressif

C’est une expertise médicale alarmante qui a convaincu la cour d’appel d’accéder à la demande de Patrick Balkany, 71 ans. L’homme politique est fortement diminué. On lui a diagnostiqué une grave pathologie digestive, un infarctus de l'intestin, il y a quelques semaines.

Les médecins ont aussi noté un « état dépressif marqué » chez le maire, qui a « perdu près de 30 kilos en cinq mois », ajoute son avocat Me Romain Dieudonné. L’état de santé de Patrick Balkany, qui a été hospitalisé plusieurs fois ces derniers mois, « est difficilement compatible avec la détention », a ainsi considéré la justice.

Les époux Balkany attendent les conclusions de la cour d'appel

La cour d’appel impose, en contrepartie, un contrôle judiciaire léger et sans caution à l’ex-député de la droite. Sa résidence est fixée au moulin de Giverny, dans l’Eure. Patrick Balkany a l’interdiction de sortir de France et devra se présenter deux fois par mois à la gendarmerie, en attendant les derniers jugements le concernant.

Les décisions de la cour d’appel sont attendues respectivement le 4 mars pour sa condamnation pour fraude fiscale et le 22 avril dans le volet concernant le blanchiment aggravé. Également condamnée, Isabelle Balkany a échappé au mandat de dépôt en raison de son état de santé ; en mai 2019, avant le début de son procès et de celui de son époux, elle avait tenté de mettre fin à ses jours.

Il a souffert d'un infarctus intestinal il y a quelques semaines, qui l'a entraîné à l'hôpital Cochin

Avec RFI