conakrytime

Le bilan des violences en Éthiopie s'alourdit

AFRIQUE & MONDE  /  26 Oct 2019

Après plusieurs jours de violences, le gouvernement a déployé vendredi 25 octobre l’armée fédérale dans une série de localités. En milieu de semaine, l’activiste Jawar Mohammed avait diffusé des messages affirmant que le pouvoir lui retirait ses gardes du corps et qu’une attaque contre lui se préparait. S’étaient ensuivies des émeutes et des affrontements parfois aux relents ethniques. Le dernier bilan de la police fait état de 67 morts.
Le ministère de la Défense a décidé d’intervenir. Les soldats ont été déployés dans au moins sept localités, pour la plupart situées en région Oromo, là où ont eu lieu l’essentiel des violences.

L’armée fédérale affirme avoir stabilisé la situation. Addis-Abeba demande désormais l’implication des communautés et de leurs leaders pour maintenir la paix.

Vendredi la situation s’est relativement calmée. Jeudi, Jawar Mohammed avait appelé au calme, demandant aux centaines de partisans rassemblés devant chez lui de démanteler les barrages, de soigner les blessés et de se réconcilier. Un appel ambigu puisqu’il avait conseillé aux gens de « garder un œil ouvert ».

Jawar Mohammed est un nationaliste Oromo très influent et aux tendances radicales. La chaîne de télévision qu’il a créée est aujourd’hui très suivie. Elle avait permis indirectement la montée en puissance du Premier ministre actuel Abiy Ahmed, lui aussi Oromo.

Or s’il l'a soutenu au début, Jawar Mohammed s’oppose désormais au chef du gouvernement. Vendredi, l’activiste a accusé le Premier ministre de dérive dictatoriale et d’intimidation. Il commence à montrer des ambitions politiques et il n’a pas exclu de se présenter contre Abiy Ahmed aux élections de mai prochain.

Avec RFI