conakrytime

Argent sale: le Royaume-Uni, place forte du blanchiment selon Transparency

AFRIQUE & MONDE  /  26 Oct 2019

Malgré les mesures mises en place, le Royaume-Uni reste une importante plateforme de blanchiment d'argent sale dans le monde, selon un rapport de Transparency International publié jeudi 24 octobre.

« Le Royaume-Uni est une plateforme pour l’argent de la corruption du monde entier », observe Transparency International dans son rapport publié jeudi 24 octobre. Le pays a certes mis en place des mesures pour lutter contre le blanchiment d’argent, mais elles restent insuffisantes face à l’ampleur du phénomène. Au cœur du problème, l’ONG pointe un appareil législatif pas assez dissuasif et des institutions dotées de moyens insuffisants.

Cent milliards de livres d’argent sale circuleraient dans l’économie du pays chaque année, selon les estimations de l’agence nationale du crime (NCA) reprises par Transparency International. Il ne s’agirait que de la surface émergée de l’iceberg, car la quantification reste extrêmement compliquée.

S'appuyant sur des rapports, témoignages d’experts et études de cas, l’ONG met en lumière une partie des réseaux de blanchiment au Royaume-Uni. Trois cent vingt-cinq milliards de livres auraient transité par le Royaume-Uni ces trente dernières années, estime l’ONG. Elle a ainsi étudié plus de 400 cas de corruption et de blanchiment d’argent, impliquant au total 166 pays. L’argent était issu de marchés truqués, de pots-de-vin et autres détournements de fonds.

Près de 230 sociétés britanniques – banques et institutions financières, cabinets juridiques et cabinets comptables – ont participé à ce réseau, consciemment ou non. L’argent était ensuite investi dans des entreprises ou dépensé en résidences cossues, bijoux, yachts et voitures de course.

Des dépenses matérielles luxueuses, mais pas que. Des enfants de super riches ont également pu étudier dans des universités de renom grâce à l’argent suspect. Parmi les bénéficiaires, on compte notamment le fils de l’ancien Premier ministre moldave qui étudiait à la City University de Londres, payait son logement 1 000 livres par jour et roulait en Bentley.

L’ONG préconise la levée du secret bancaire

Pour combattre efficacement le phénomène, trois maîtres-mots : transparence, engagements éthiques et surveillance. L’ONG conclut son rapport avec dix recommandations. Elle préconise ainsi le renforcement de la responsabilité légale des entreprises et des personnes, mais aussi la levée du secret bancaire ou de propriété qui existe encore dans la loi britannique.

Alors qu’avec le Brexit, le Royaume-Uni renégocie activement sa place dans le commerce mondial, la lutte contre le blanchiment d’argent reste essentielle. L’ONG rappelle ainsi que l’argent sale est souvent synonyme de mauvaise réputation, d’appauvrissement et d’insécurité. Lutter contre permettrait au Royaume-Uni de conserver la confiance des investisseurs, sans quoi le pays risque de faire cavalier seul.

Avec RFI