conakrytime

Le nouvel ambassadeur des Etats-Unis à l’offensive dans la région de Boké

AFRIQUE & MONDE  /  24 Apr 2019

Le nouvel ambassadeur des Etats Unis d’Amérique en Guinée Simon Henshaw a effectué mardi, 23 avril, une visite de travail dans la région administrative de Boké avec à la clé, prendre contact avec les autorités administratives en vue du raffermissement des liens d’amitié et de coopération entre son pays et la Guinée.

Cette visite intervient deux mois seulement après la prise de fonction du nouveau diplomate américain.

Recevant son hôte de marque, le gouverneur de la RA de Boké, général de Brigade Siba Sévérin Loholamou a expliqué que ‘’la région de Boké que vous avez l’insigne honneur de visiter, est décrétée ‘’Zone Economique Spéciale’’ du pays ceci, à cause de la multitude des activités minières ».

Se félicitant de la qualité des relations entre la Guinée aux Etats-Unis d’Amérique, le général de brigade de rassurer : «nous sommes disposés à vous accompagner dans la mise en œuvre de tous les projets de développement que vous entreprendrez en faveur du bien-être de la population guinéenne.»

Par ailleurs, le gouverneur de région a rappelé l’apport du gouvernement américain dans la lutte contre le paludisme et d’autres fléaux en Guinée.

« Pour votre information Monsieur l’Ambassadeur, le Gouvernement guinéen a libéré les 15% des revenus miniers pour accompagner le développement des collectivités locales. Ce qui est une fierté pour nous administrateurs territoriaux… », a conclu le gouverneur.

Dans sa communication, l’Ambassadeur des Etats Unis en Guinée a estimé que le plus important dans les relations diplomatiques entre son pays et la Guinée c’est l’amélioration des conditions de vie des populations.

En ces termes, M. Simon Henshaw a promis d’accompagner les structures de femmes et de jeunes pour favoriser le développement des activités génératrices de revenus et la culture maraichère dans les communes rurales de Kolaboui, Kamsar et Sangarédi.

Prenant la parole, le préfet Aboubacar M’Bopp Camara sollicite l’intensification des cultures maraichères et le développement des micros projets pour promouvoir l’employabilité des jeunes.

Selon lui, «la préfecture de Boké, avec l’exploitation minière, a des climats insoutenables provoquant l’assèchement des têtes de sources, la fuite des espèces protégées, l’infertilité des zones agricoles. Cette problématique mérite une concertation, une étude entre les parties prenantes ».

Prenant le train en marche, le directeur régional de l’Environnement des Eaux et Forêts (DREEF), Claude François Koulémou s’est défoulé :

«A Boké, il y a près de 10 sociétés minières qui sont en en phase d’exploitation ou d’exploration. Il y a aussi, des impacts cumulatifs et négatifs sur la biodiversité, les ressources halieutiques, les cours d’eau, les espèces protégées. A cela s’ajoute la gestion des flux migratoires. Donc, la population de Boké doit être secourue pour minimiser les risques environnementaux ».