conakrytime

La CBG ne paye à la Guinée, toujours dirigée par des nuls et naïfs, que deux (02) dollars par tonne de bauxite (Révélations de Cellou Dalein Diallo)

LES PLUS POPULAIRES  /  13 Feb 2017

« (...) Toutes les richesses de ce pays sont dilapidées au profit de quelques individus. La société CBG depuis sa création, chaque tonne de bauxite extraite a apporté au trésor public guinéen 11 dollars ($), mais avec les nouvelles conventions c’est 2 dollars par tonne de bauxite. Ils vont démentir s’ils veulent, moi je vous donne les vrais chiffres. (...) », a revelé aux partisans de son parti politique le chef de file de l'opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, qui a déjà longuement, très longuement géré avec l'ancien régime encore très nul et naïf du général président Lansana Conté.

La Guinée, véritable château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, est un pays qui regorge de ressources naturelles. Eau, forêts, diamants, bauxite (dont il est le premier pays exportateur, et qui sert à la fabrication de l’aluminium), or, fer, nickel. Un pays riche, donc. Mais pourtant, la majeure partie de la population vit dans l’extrême pauvreté. Le PIB par habitant y dépasse à peine les 500 $USD.

Les grandes villes, dont la capitale Conakry, ont poussé comme des champignons, engendrant de sérieux problèmes : infrastructures manquantes partout, routes délabrées, transports en commun sous-équipés, infrastructures sanitaires et sociales quasi inexistantes dans de nombreux endroits, éducation largement sous-financée, insécurité, et bien sûr, pollution dangereuse pour la santé des populations locales.

Selon Transparency International, la Guinée est perçue comme l’un des pays les plus corrompus du monde. Tant que les autorités ne s’attaqueront pas très sérieusement à ce problème, le développement et les progrès que le pays serait en mesure d’accomplir, très attendus par la population, ne pourront se faire.

« (...) On aurait pu développer un secteur industriel de transformation de bauxite dont nous détenons toujours la moitié des réserves mondiales. Nous exportons des emplois! Si le gouvernement avait insisté pour que les conventions qui ont été signées au début des années 2000, soient respectées par les compagnies pour qu’on construise des usines d’alumine, l’on aurait pu créer plusieurs emplois. Pour 70 millions de tonne de bauxite vous avez 1.200 emplois directs et 2000 emplois indirects. Lorsque vous exploitez maintenant 50.000.000 de tonne vous pouvez produire 20.000.000 de tonne d’alumine. Alors imaginez pour 20 millions de tonne, combien d’emplois vous auriez eu (...) », se lamente un leader politique.

Avec Population Data et AFRICA MONDE