conakrytime

Faya Milimono: «Alpha Condé qui est incapable de gérer la petite Guinée, ne peut pas gérer un Continent»

LES PLUS POPULAIRES  /  1 Feb 2017

La désignation d'Alpha Condé à la tête de l’Union africaine diversement appréciée par la classe politique guinéenne.

La désignation du président guinéen Alpha Condé à la présidence tournante de l’Union africaine (UA) par ses pairs, a été diversement interprétée par la classe politique de son pays.

Pour Fodé Oussou Fofana, député et vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le principal parti d’opposition en Guinée, la désignation du chef de l’exécutif guinéen est un « non- évènement », ajoutant que la présidence de l’UA est un titre purement honorifique.

« Je serai heureux si la Guinée devait présider la Commission de l’UA parce que c’est l’organe exécutif et c’est là où le travail se fait. L’autre est un titre purement honorifique qui consiste à présider les réunions », a-t-il dit.

« Je pense que la désignation du président Condé est une bonne chose aussi bien pour la Guinée que pour l’Afrique. On ne peut pas oublier que la Guinée a été un membre fondateur de l’Organisation de l’unité africaine et qu’à ce titre, cette fonction étant une fonction tournante, c’est le bon moment que la Guinée assume ce poste », a atténué Deen Touré, député de l’Union des forces républicaines (UFR), troisième force politique du pays, de l’ex-Premier ministre Sidya Touré.

« Quelqu’un qui a été incapable de gérer 245.657 km2 et environ 11 millions d’habitants, comment peut-il prendre des responsabilités à un niveau continental et s’attendre à ce qu’il soit en mesure d’accomplir cette mission, s’est interrogé Faya Millimouno, leader du Bloc libéral (BL), quatrième force politique au dernier scrutin et membre de l’opposition.

Quant au juriste Mohamed Camara, il pense que le choix du Président Condé comme 15ème Président de l’Union africaine apportera, au-delà de l’honneur, un rayonnement diplomatique à la Guinée, une visibilité accrue du pays et un ballet diplomatique en direction de Conakry.

« La Guinée retrouve sa place d’antan dans le concert des nations », soutient, pour sa part, M’bany Sangaré, dirigeant influent du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel et secrétaire général du ministère de la Jeunesse.

Avec APA