conakrytime

Alpha Condé insulte grave Sidya Touré et Bah Oury puis caresse bien son principal opposant, Cellou Dalein Diallo

LES PLUS POPULAIRES  /  3 Nov 2016

En Chine, Alpha Condé se défoule sur Bah Oury et Sidya Touré (Par Mandian SIDIBE, Journaliste exilé)

Incroyable! Mais, c'est une vérité indéniable. En séjour en Chine, Alpha Condé se confie à certains de ses partenaires qui le taquinaient à propos de la situation sociopolitique de la Guinée, tout en évoquant les tournures enregistrées dans ses relations avec Bah Oury, Sidya et Cellou Dalein. Du moins à en croire nos sources bien fiables et crédibles.

Grossomodo, Alpha dégaine, avec des éclats de rires moqueurs: " Bah Oury fait partie de mes anciens compagnons de lutte. C'est un garçon très intelligent. À un moment donné, il s'est retourné contre moi, croyant que mon pouvoir était fragile et facilement détrônable.

Nonobstant certaines pressions, je n'étais pas totalement résolu à lui accorder la Grâce. Mais, j'ai été réellement abattu, moralement, lorsque je l'ai vu physiquement à Paris. Il était devenu une loque humaine, tellement qu'il avait maigri en un laps de temps. Ses cheveux avaient quasiment blanchi de souffrance.

J'en ai été touché. Du coup, j'avais pris la décision de le laisser rentrer au pays. Mais, il n'avait même pas les moyens de rentrer au pays. J'ai eu pitié de lui, puisqu'il était vraiment malheureux. Mais, de retour au pays, je ne l'ai pas reconnu dans certains de ses agissements. Et, je ne pouvais pas continuer à le gérer comme un gamin.

En ce qui concerne Sidya, j'ai bien voulu le préparer à certaines situations. Mais, c'est un faux type. Il est à la fois cupide, orgueilleux et avide du pouvoir. Il croyait qu'en le nommant à ce poste, il allait jouir de tout le budget du pays.

Avec Cellou, j'ai estimé qu'à un moment donné, il fallait apaiser le climat sociopolitique pour ne pas continuer à faire fuir les investisseurs étrangers, alors que le pays est presque sous perfusion économique.

Mais, ça n'a rien à voir avec un quelconque deal. Je ne me laisserais pas distraire. Je suis le premier garant de la paix sociale. Cette démarche n'a aucune incidence sur nos visées politiques respectives. Nous restons et demeurons des adversaires politiques. Ce terrain n'est pas négociable". Sans commentaire.

Mandian SIDIBE, Journaliste exilé