conakrytime

SEM ALASSANE OUATTARA : « Le temps est venu de définir ensemble, ce que nous voulons bâtir comme Nation »

LES PLUS POPULAIRES  /  5 Oct 2016

ALLOCUTION DE SEM ALASSANE OUATTARA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

Abidjan, le mercredi 5 octobre 2016

Honorables Députés,
Ivoiriennes, Ivoiriens,
Mes chers compatriotes,

C'est avec beaucoup d’émotion que je m'adresse à vous, représentants du Peuple de Côte d’Ivoire, et à travers vous, à toute la Nation qui nous suit en direct, sur la RTI.

Je voudrais vous remercier, Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale, pour votre invitation à prononcer une adresse, à l'occasion de la cérémonie solennelle d'ouverture de la deuxième session ordinaire de l'Assemblée Nationale.

Je voudrais aussi vous remercier, honorables Députés, vous qui incarnez la représentation nationale, pour l'accueil que vous me réservez ce matin.

Je voudrais saluer la présence de mon ainé, le Président Henri Konan-Bédié, dont la confiance, le soutien constant et les conseils avisés ont toujours été pour moi, une source de motivation.

Honorables Députés,
Mes chers compatriotes,

Le 15 janvier 1962, le père fondateur de la Nation Ivoirienne, le Président Félix Houphouët-Boigny, disait dans cette même salle et à cette même tribune ceci, et je cite: « Dans cette Côte d'Ivoire où est si vive la conscience de la responsabilité de génération en génération, la fierté veut que, chacun de nous laisse, à la génération future, davantage qu'il n'a reçu ».

Je suis devant vous aujourd'hui, pour qu'ensemble, nous regardions ce que nous avons reçu de nos Pères ; pour qu'ensemble, nous puissions méditer sur ce que nous en avons fait.

Je suis devant vous pour que nous envisagions, ensemble, ce que nous devons, en toute responsabilité, léguer à nos enfants et aux futures générations.

Nos pères fondateurs avaient un idéal: celui de bâtir une Nation forte, unie et prospère. Sur le chemin qu’ils ont tracé, ils ont doté la Côte d'Ivoire d'un premier Contrat Social et des valeurs de fraternité, de dialogue, de paix, de discipline et de travail. Des valeurs qui ont été garanties par les Institutions de la République, avec l'implication de tous les Ivoiriens.

Ces valeurs ont permis de tisser des liens forts entre les populations. Ces valeurs ont permis de faire de la cohésion sociale, une réalité. Ces valeurs ont fait de la Côte d’Ivoire un havre de paix, un pays où il fait bon vivre.

Cette paix a été le creuset d'un développement économique fulgurant, qui a également fait de notre pays, une destination de choix pour les investisseurs. Le monde entier a alors parlé de miracle ivoirien.

Honorables Députés,
Mes chers compatriotes,

Pendant longtemps, nous avons pensé que cette paix et cette prospérité étaient inébranlables. Malheureusement, nous avons découvert qu'elles étaient fragiles, et que sans ces valeurs, tout pouvait basculer et la Nation pouvait vaciller.

A cause de nos incompréhensions, nous nous sommes éloignés de nos valeurs et des idéaux de notre République. Nous sommes allés loin et nous en avons payé le prix fort : en tensions sociales, en crise économique, en nombreuses pertes en vies humaines.

Lorsque nous nous sommes engagés à corriger ces erreurs, à travers l'élection présidentielle de 2010, les intérêts individuels et partisans ont été plus forts que le courage de donner une nouvelle chance à la Côte d'Ivoire de retrouver son lustre d'antan.

Notre pays a sombré dans une grave crise post-électorale, qui a fait plus de 3000 morts, mis à mal la cohésion sociale et provoqué l’effondrement de l’Etat et de l’économie.

Aujourd’hui, le temps est venu de définir ensemble, ce que nous voulons bâtir comme Nation. Le temps est venu de décider de ce que nous allons léguer à nos enfants et aux générations futures.

Honorables Députés,
Mes chers compatriotes,

J'ai toujours souhaité rendre à la Côte d'Ivoire ce qu'elle m'a donné. Parce que j'aime profondément mon pays.

Dans cette optique, j'avais deux priorités au moment où je briguais la magistrature suprême :
• l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens;
• et le renforcement de notre démocratie et de l’Etat de droit.

En plus de ces priorités, je m'étais engagé, lors de la campagne présidentielle de 2010, à doter notre pays d'une nouvelle Constitution, celle de la troisième République.

Je suis un homme de parole ; et je suis devant vous aujourd’hui, pour tenir cet engagement.

Mais, du fait de la crise post-électorale, nous avons dû faire face aux urgences, à savoir :

- le retour de la paix et de la sécurité
- la réconciliation nationale et la cohésion sociale
- la normalisation institutionnelle - le redressement et la relance économique

Grâce aux efforts conjugués du Gouvernement et du peuple ivoirien, nous avons ramené la paix et assuré la sécurité des personnes et des biens, sur toute l’étendue du territoire national.

Nous avons mis en place la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR) dont les travaux ont permis d'identifier les causes profondes de la fracture qui a disloqué notre Nation, et de tirer des leçons des crises qui nous ont secoués.

Grâce au travail de la Commission Nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des Victimes (CONARIV), nous avons démarré le processus d'indemnisation des victimes des différentes crises que notre pays a traversées.

Nous avons restauré l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire. Nous avons remis l’administration en marche, avec des exigences accrues en matière d’intégrité et d’efficacité.

Nous avons redéployé l'administration et réhabilité les services sociaux de base, afin que nos concitoyens dans les villages les plus reculés ne se sentent pas oubliés.

Nous avons rapidement engagé le processus de normalisation institutionnelle pour doter notre pays d’Institutions fortes et crédibles,afin qu’elles accompagnent la marche de notre pays vers son développement.

Une étape charnière, et peut- être l’une des plus importantes de cette normalisation institutionnelle, a été l'organisation des élections législatives, une évolution importante pour la consolidation de nos avancées démocratiques.

Nous avons investi plusieurs centaines de milliards de FCFA pour restaurer nos infrastructures, offrir de meilleures conditions de vie à nos concitoyens et changer l'image de notre chère Côte d'Ivoire.

Ainsi, des centaines de kilomètres d’autoroutes et des milliers de kilomètres de routes ont été réhabilités et construits pour connecter nos populations et faciliter les échanges économiques.

Nous avons assuré à des millions d’Ivoiriens l'accès à l’eau potable et nous avons raccordé plusieurs localités au réseau électrique.

Nous avons investi massivement dans nos écoles et nos universités, pour offrir à notre jeunesse, un cadre d’éducation et de formation adéquat, leur donnant ainsi, une chance de réussite sociale pour eux-mêmes et leur famille.

Nous avons réhabilité et construit des centres de santé et des hôpitaux à travers le pays, pour que tous les Ivoiriens aient accès à une meilleure prise en charge médicale, dans leur environnement immédiat.

Nous avons redonné à la Côte d'Ivoire sa place dans le concert des Nations et retrouvé notre rôle de locomotive de la sous-région.

Nous avons restauré l’attractivité économique et touristique de la Côte d’Ivoire et nous avons redonné à nos concitoyens, leur fierté dans le monde.

Nous avons redressé et relancé notre économie au point d'en faire l'une des économies les plus dynamiques au monde, avec un taux de croissance annuelle de 9% en moyenne.

Nous avons redistribué les fruits de cette croissance économique en augmentant les salaires des fonctionnaires, en doublant le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti ( le SMIG), en finançant les projets de centaines de milliers de femmes et de jeunes, et en créant plus d’un million d’emplois en cinq ans. Ainsi donc, la pauvreté a reculé dans notre pays.

A cet égard, je voudrais réaffirmer notre détermination à créer encore plus d’emplois pour nos jeunes, grâce à une croissance économique soutenue et aux actions de l’Agence Emploi Jeunes.

Nous avons tout mis en œuvre pour que nos parents paysans bénéficient d'une meilleure rémunération de leur travail.

Ainsi, le prix du kilogramme de cacao a franchi, pour la première fois, la barre historique de 1000 FCFA lors de la dernière campagne. Par ailleurs, depuis le 1er octobre 2016, nous venons, de fixer à 1 100 FCFA, le prix du kilogramme. Il en est de même pour l'anacarde pour lequel nous avons réussi à garantir le prix de 500 FCFA le kilogramme.

Le quotidien de nos concitoyens en milieu rural s’est considérablement amélioré grâce à l’augmentation de leurs revenus, ainsi que la proximité des services sociaux de base, tels que l'eau, la santé, les écoles ou encore l'électricité.

Tous ces résultats, nous les avons obtenus ensemble. Grâce à la solidarité de l'exécutif et du législatif. Je voudrais donc, Honorables Députés, vous féliciter à nouveau pour votre contribution.

Ces résultats ont été reconnus positivement par nos concitoyens à travers un score sans appel lors de l'élection présidentielle d'octobre 2015, qui s’est déroulé dans un climat de paix. C'est pourquoi, je voudrais, à nouveau, remercier chacune et chacun d'entre vous pour avoir contribué à changer la Côte d'Ivoire et la vie de nos compatriotes.

Honorables Députés,
Mes chers compatriotes,

Aujourd'hui, nous devons aller plus loin pour notre pays.

Nous devons aller plus loin pour nos concitoyens.

Pour cela, nous devons nous assurer, que plus jamais, notre beau pays ne retombe dans les travers du passé ; nous devons nous assurer, que plus jamais, les Ivoiriens ne s'affrontent.

Nous devons bâtir une Nation encore plus forte, plus unie et plus solidaire. Une Nation qui transcende nos ethnies, nos tribus ou nos communautés. Une Nation plus stable, avec des Institutions modernes. Une Nation réconciliée et en paix.

Une Nation plus équitable avec un renforcement des droits et devoirs de chaque citoyen.

Une Nation plus dynamique pour le bonheur et le bien-être de chaque Ivoirien. Nous devons jeter les bases d'une Côte d'Ivoire nouvelle, qui va rayonner dans le monde par son idéal de société basé sur la fraternité, le pardon, le respect de notre diversité, la culture de la paix.

Une Côte d'Ivoire nouvelle, qui va rayonner par son dynamisme et l'ouverture de son peuple.

Une Côte d'Ivoire nouvelle, qui va rayonner par sa marche inexorable vers le développement et la modernité. Cette Côte d'Ivoire nouvelle, Nous le devons aux femmes de notre pays.

Nous le devons à notre jeunesse. Nous le devons aux générations futures.

C'est pourquoi, je voudrais m'adresser à vous, les représentants du peuple Ivoirien, avec un avant-projet de la Nouvelle Constitution qui porte cet idéal.

La rédaction de cet avant-projet a débuté il y a plusieurs mois, par des consultations avec toutes les composantes de notre société : les partis politiques, les chefs traditionnels, les guides religieux, la société civile, les femmes, les jeunes...

Le Comité d'Experts mis en place a reçu les contributions de toutes les forces vives de la Nation désireuses d'apporter leur pierre aux fondements de la Côte d'Ivoire nouvelle. Je m'en félicite et je voudrais les remercier pour leurs précieuses contributions.

Je voudrais également remercier et féliciter le Comité d’Experts pour l’important travail accompli, sur les bases des orientations que je leur ai données, en vue de l’élaboration de cet avant-projet de Constitution pour la troisième République. Je salue leur engagement au service de notre pays.

Je rends particulièrement hommage à mon ainé, le Président Henri Konan-Bédié, avec qui je partage, depuis plusieurs mois, les orientations de cet avant-projet de Constitution. Je voudrais me réjouir de notre convergence de vues.

Honorables Députés,
Mes chers compatriotes,

L’esprit de cet avant-projet de Constitution est de renforcer la cohésion sociale, d’assurer et de garantir, à notre pays, la paix et la stabilité, l’égalité entre nos populations, la modernité et le développement pour le bien-être de chaque Ivoirien. C’est aussi l’occasion de tourner définitivement la page des crises successives que notre pays a connues, d’écrire de nouvelles pages de notre histoire en proposant un nouveau pacte social qui consacrera l’avènement de la troisième République.

Notre objectif principal est de donner à notre pays, un acte constitutionnel plus moderne, qui renforce les droits et devoirs de tous les citoyens tout en tenant compte des préoccupations des uns et des autres.

Ainsi, cet avant-projet de Constitution réaffirme l’attachement de la Côte d’Ivoire aux droits humains et aux libertés. Il interdit avec une plus grande fermeté toute forme de discrimination fondée sur la race, le sexe, la religion ou l’ethnie.

Il garantit le droit de chaque citoyen à un libre et égal accès à la Justice, à l’information et aux documents publics.

Il constitutionnalise l’école obligatoire, l’interdiction du travail des enfants, la liberté de création artistique et littéraire et criminalise le déversement des déchets toxiques.

Dans cet avant-projet de Constitution, il est clairement établi que seuls l’Etat, les collectivités publiques et les personnes physiques de nationalité Ivoirienne peuvent accéder à la propriété foncière rurale et que les droits acquis sont garantis.

Quant à la société civile et aux associations de défense des droits de l’homme légalement constituées, elles sont reconnues comme une composante importante de la République.

En ce qui concerne les devoirs, l’avant-projet garantit la protection des personnes en situation de handicap ; il prévoit la promotion, le développement et la protection de la femme ; la promotion des droits politiques de la femme et la parité entre les hommes et les femmes.

Il soumet l’Etat et les collectivités à l’obligation de créer les conditions favorables à l’éducation civique et morale de la jeunesse ; et à sa participation au développement de notre pays. Ce nouveau contrat social constitutionnalise la promotion et le respect de la bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques.

Honorables Députés,
Mes chers compatriotes,

Au niveau institutionnel, cet avant-projet de Constitution reprend intégralement les conditions d’éligibilité à la Présidence de la République, telles que convenues, en 2003, par l’ensemble des acteurs politiques, lors de la table ronde de Linas- Marcoussis.

Cet accord a fait l’objet de la résolution 1464 du 4 février 2003 du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies. Les propositions issues de cet accord avaient été adoptées par l’Assemblée Nationale précédente et un référendum aurait dû être organisé en 2004. Ainsi, en vous proposant cet avant- projet de Constitution, nous sommes conformes et fidèles à nos engagements internationaux.

L’avant-projet prévoit aussi la création d'un poste de Vice-Président, élu au suffrage universel direct, en même temps que le Président de la République et soumis aux mêmes conditions d’éligibilité. Le Vice-Président supplée le Président de la République lorsqu’il est hors du territoire.

Ses attributions lui sont dévolues par le Chef de l’Etat, principalement dans les domaines relatifs à la souveraineté.

En cas de vacance de la Présidence de la République, le Vice-Président garantit la stabilité et la continuité du fonctionnement de l'Exécutif d’une part, et le respect du calendrier électoral d’autre part.

Il s’agit de mettre notre pays à l’abri d’incertitudes pouvant déboucher sur une crise ou un ralentissement économique lié à l’organisation d’élections anticipées.

L’objectif de cette réforme est qu’en cas de vacance du pouvoir, la succession se fasse dans la Paix, car tout comme le Président de la République, le Vice-Président sera élu directement par le peuple souverain.

Afin d’offrir plus de visibilité politique, le calendrier de l’élection présidentielle est désormais constitutionnalisé. Le cycle électoral sera connu à l’avance, par tous, avec des dates précises afin qu’aucun report ou décalage ne puisse perturber la stabilité de notre Nation.

Le mandat du Président de la République est de 5 ans, renouvelable une seule fois. Il en est de même pour le Vice-Président.

Une autre réforme institutionnelle est celle de la création d’un Sénat. Désormais, le Parlement ivoirien sera composé de deux chambres : l’Assemblée Nationale et le Sénat.

L’Assemblée Nationale a la primauté et demeure la chambre des représentants tandis que le Sénat représentera les collectivités territoriales décentralisées et les Ivoiriens de l’étranger. Cela signifie que le Sénat aura une vocation spécifique de représentation des collectivités locales.

La Côte d’Ivoire a fait très tôt le choix de la décentralisation et le Sénat est donc la reconnaissance institutionnelle des collectivités territoriales décentralisées.

De plus, notre pays est riche d’hommes et de femmes bien formés, qui ont acquis une expérience inestimable en servant l’Etat, les Institutions nationales et internationales, ainsi que dans le secteur privé.

J’ai la ferme conviction que leurs expériences, leurs compétences et leurs avis seront utiles pour la marche de notre pays vers la modernité et le développement.

Les règles de coopération entre l’Assemblée Nationale et le Sénat sont établies de manière à éviter un allongement des délais des procédures parlementaires et des conflits de compétence entre les deux Institutions.

Au plan judiciaire, cet avant-projet de Constitution réaffirme et renforce l’indépendance du pouvoir judiciaire.

La Présidence du Conseil Supérieur de la Magistrature est dorénavant confiée à une personnalité nommée parmi les hauts Magistrats.

Afin de garantir un meilleur fonctionnement du pouvoir judiciaire, la Cour Suprême et la Cour des comptes sont désormais deux juridictions ; la Cour des Comptes ayant été érigée en une Institution séparée, conformément à nos engagements au sein de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Les contributions de nos autorités traditionnelles ne sont plus à démontrer. C’est de façon légitime que cet avant-projet de Constitution renforce le rôle de la Chambre des Rois et des Chefs traditionnels afin que la République continue de bénéficier de leur sagesse dans la gestion des conflits sociaux, la préservation de la paix et le renforcement de la cohésion sociale à travers la valorisation de nos us et coutumes.

Nous prévoyons d’étendre le champ des compétences du Conseil économique et social aux aspects environnementaux et culturels. Ainsi ce centre d’expertise pourra apporter à la Nation un meilleur éclairage dans notre marche vers la modernité et le développement.

Honorables Députés,
Mes chers compatriotes,

Notre pays est appelé à un Grand Destin. Celui d'être un modèle d'espérance promise à l'humanité, comme nous le chantons dans notre hymne national.

La Constitution de la troisième République se veut être un contrat social pour l’accomplissement de ce destin, pour des générations.

A ceux qui s'interrogent sur l'opportunité de cette nouvelle Constitution, je veux leur dire qu'il n'y a pas de contradiction entre l'action quotidienne que nous menons pour le bien-être de nos concitoyens et le processus en cours. En effet, nous sommes plus que jamais déterminés à continuer d’assurer un meilleur partage des fruits de la croissance, afin de permettre une amélioration continue des conditions de vies de nos compatriotes.

Cependant, l'expérience a démontré que si nous voulons pérenniser l’action gouvernementale à long terme, il est indispensable de mettre en place un cadre institutionnel solide.

Le moment est donc venu de tenir cette promesse d’une nouvelle espérance, à travers cet avant-projet de Constitution que je vous soumets, vous les représentants du peuple de Côte d’Ivoire.

C'est un acte de responsabilité devant l'Histoire. C'est un acte d'amour pour la Côte d'Ivoire. Parce que je veux le meilleur pour mon pays. Je veux le meilleur pour mon peuple.

Je me tiens devant vous, avec cet avant-projet de Constitution, avec la ferme conviction que son adoption permettra à notre beau pays d’aller au-delà de la vision de nos Pères, en jetant les bases d’une Côte d’Ivoire plus stable et en paix. L'enjeu va au-delà de nos sensibilités politiques, au-delà de nos ethnies, au-delà de nos régions d'origine.

Parce qu'il s'agit ici, de ce qu'il y a de plus grand que la somme de nos intérêts personnels. Il s'agit de la Côte d'Ivoire Nouvelle. C'est donc avec beaucoup de fierté que je vous soumets ce nouveau contrat social. Parce que, tout comme vous, je veux ce qu’il y a de meilleur pour notre Nation.

Honorables Députés,

Une fois que vous aurez examiné et, je l’espère, adopté cet avant-projet, avec vos amendements, le projet de Constitution sera soumis au jugement du Peuple Souverain de Côte d’Ivoire, par référendum.

Ainsi chaque Ivoirienne et chaque Ivoirien, quels que soient son rang et sa situation sociale, se prononcera pour que la démocratie triomphe, pour que la Côte d'Ivoire Nouvelle devienne une réalité.

Honorables Députés,
Mes chers compatriotes,

Ce jour est un grand jour ; un jour exceptionnel !

C’est la 3ème fois, dans l’histoire de notre Nation, que le Chef de l’Exécutif est invité à prendre la parole, dans cette importante Institution de la République.

C’est la première rencontre, entre le Président de la République et les Honorables Députés que vous êtes.

Ce jour est exceptionnel car c’est celui de la rencontre du corps législatif et de l’exécutif. En venant devant vous, ce jour, pour vous proposer cet avant- projet de Constitution, mon objectif est de pérenniser la stabilité et la paix de notre Nation.

Je compte donc sur vous afin qu’avec responsabilité, nous fassions en sorte de remplir pleinement cette mission et envoyons à nos concitoyens et aux générations futures, un message d’amour, d’espoir et de paix.

Je vous exhorte à porter la bonne nouvelle dans toutes les circonscriptions de notre pays : avec cette Constitution qui instaure la troisième République, c’est la Côte d’Ivoire Nouvelle qui se met en place.

Vive la République,
Vive la Côte d'Ivoire,
Que Dieu bénisse notre cher pays,
Je vous remercie.

Alassane OUATTARA

Président de la République de Côte d'Ivoire

Guillaumesoro.ci