conakrytime

« Alpha Condé marque sa haine vis-à-vis des Peulhs en envoyant ses soldats matraquer le Khalif du Fouta, symbole de la sagesse » (ellou Dalein Diallo)

GUINÉE  /  19 Jan 2020

En début de semaine dernière, l’actuel Khalif du Fouta Djallon, El Hadj Bano Bah, par ailleurs secrétaire générale de la ligue islamique de Pita, a subi des violences, lors des manifestations à l’appel du FNDC.

Cette attaque contre le cortège du Khalif, a provoqué la colère du président de l’UFDG, El Hadj Cellou Dalein Diallo, qui accuse le chef de l’État professeur Alpha Condé, d’être derrière ces violences.

C’était à l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti, à la Minière.

« La répression et les exactions sont allées si loin, pour toucher un symbole de la sagesse, qui incarne tout une communauté. El Hadj Bano Bah, a été agressé, gazé, sa voiture détruite par les forces de défense et de sécurité. Pourquoi cette haine d’un sage qui fait tout, pour que règne la paix et la cohésion… Il intervient chaque fois pour calmer les passions. Alpha Condé, pour marquer sa haine vis-à-vis de la région et la communauté, n’a trouvé rien à faire, sauf envoyer des soldats, matraquer le vieux, violer son domicile » a-t-il accusé.

Cellou Dalein à ses militants : « il faut qu’on se mobilise, on ne peut plus reculer »

Dans une déclaration rendue publique, le 15 janvier 2020, le front national pour la défense de la constitution (FNDC), a invité les Guinéens, à reprendre et à intensifier les protestations, le mardi 21 et mercredi 22 janvier 2020, partout en Guinée.

Revenant sur cette invite ce samedi au siège de l’UFDG, le président du parti, El Hadj Cellou Dalein Diallo, a appelé ses militants, à se mobiliser davantage, en vue d’empêcher une « mascarade électorale » et le projet de troisième mandat en Guinée.

« Cette mascarade électorale n’aura pas lieu. Ne rester pas assis, parce que ça ne se fera pas sans nous. Donc, nous ne resterons pas tranquilles, nous allons résister parce que beaucoup sont morts. Ils ne doivent pas mourir pour rien, alors levons-nous. C’est un devoir patriotique pour tous les fils du pays, de se mobiliser pour refuser la mascarade électorale, et le troisième mandat, le mardi et le mercredi. Il faut qu’on se mobilise, on ne peut plus reculer » a lancé le numéro 1 de l’UFDG.


Avec Mosaique Guinée