conakrytime

Cellou Dalein Diallo fait le bilan des manifestations précédentes et annonce ses ambitions pour les combats de la semaine prochaine

GUINÉE  /  18 Jan 2020

Cellou Dalein justifie la trêve décidée par le FNDC : « on a estimé qu’il fallait soulager la population »

À la surprise générale le mercredi, le FNDC a suspendu son mot d’ordre de résistance active et permanent pourtant annoncée « illimitée ».

S’exprimant sur les raisons de cette décision ce vendredi 17 janvier, au sortir de leur plénière, au QG de l’UDFG, le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein soutient que c’est la pauvreté qui a motivé cette suspension.

« C’est parce qu’on sait qu’il y a une extrême pauvreté qui sévit en Guinée. Beaucoup de gens, s’ils restent 3 jours sans travailler, ça devient un calvaire pour eux. C’est pour des raisons humanistes. Tous les magasins étaient fermés, toutes les boutiques aussi. Les taxis ne marchaient plus. Donc, on a estimé qu’il fallait soulager la population en suspendant pour que les gens puissent se ressourcer, se réapprovisionner et puissent travailler un peu. Ceux qui vivent au jour le jour, sont les plus nombreux et représentent la grande majorité de la population actuellement. Le deuxième, c’est qu’on a des morts. Les parents voulaient qu’on enterre leurs enfants, avant de continuer », a-t-il dit.

Il faut rappeler que le FNDC appelle à reprendre la résistance active le mardi prochain, sur toute l’étendue du territoire national.

L’opposition se réjouit du « succès » de la résistance active et appelle à l’intensification des actions

En plénière ce vendredi 17 janvier 2020 au QG de l’UFDG, l’opposition plurielle a fait le point des dernières manifestations du FNDC et réitéré son intention qui est également celle du FNDC, à poursuivre ce mot d’ordre et à intensifier les actions.

Pendant la rencontre, il a aussi été question du processus électoral en cours. Pour eux, il n’est pas question de revenir, si les exigences ne sont pas satisfaites.

Ci-dessous, un extrait du compte rendu du chef de file de l’opposition :

Sur le point du décret ouvrant des campagnes électorales et l’affichage des listes électorales, nous avons constaté que Monsieur Alpha Condé, qui est champion du désordre, continu naturellement d’aggraver le désordre qu’il a instauré dans le pays. Parce que, pratiquement, il n’est pas possible de tenir ces élections à la date indiquée par la CENI. En plus, vous vous trouvez dans une situation où, les campagnes sont ouvertes, alors que les listes ne sont pas encore complètement affichées. (…). Il n’y a nulle part en Afrique, où 68% des populations votent. Pourquoi nous sommes à 8.000.000, c’est parce qu’il y a eu beaucoup de mineurs et beaucoup de doublons. M. Kébé a refusé d’appliquer les recommandations de la mission d’audit. (…). Sur les derniers développements de l’actualité, l’opposition républicaine maintient sa position et va continuer la résistance et à s’opposer à l’organisation d’une mascarade électorale dans notre pays. Nous voulons que Monsieur Alpha Condé respecte notre Constitution.

L’opposition s’est par ailleurs, réjouie du « succès » enregistré lors des journées de résistance active et permanente.

Abdourahmane Sanoh prévient : « ces assassinats ne resteront pas impunis »

Le jeune Mamadou Sow, tué le mardi dernier à Cosa a rejoint sa dernière demeure ce vendredi, 17 janvier 2020, après une marche funèbre organisée pour la circonstance.

Le coordinateur national du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), qui s’est exprimé après la prière funèbre a tenu à indiquer que ces tueries ne resterons pas impunies.

« C’est effectivement avec les cœurs meurtris que nous sommes là pour accompagner à sa dernière demeure un des fils les plus valeureux de ce pays, victime d’assassinat de la part des forces de l’ordre (…). Nous voudrions dire ici au peuple de Guinée, que ces assassinats ne resterons pas impunis et que notre combat doit continuer pour la dignité, pour que ceux qui sont en train de vouloir nous imposer par la force, la violence, le mensonge et par l’indignité un système que nous ne voulons pas », a-t-il laissé entendre.

Avec Mosaique Guinée