conakrytime

Deux autres manifestants tués par balles, dans la rue, à Conakry et dans une ville de l'intérieur du pays

GUINÉE  /  14 Jan 2020

La manifestation du Front National pour la Défense de la Constitution de ce lundi commence déjà à tourner au vinaigre. Un jeune manifestant a été violemment tué par balle réelle à Cosa dans la commune de Ratoma.

C’est après un moment de tension de face à face entre des manifestants et des forces de l’ordre que le Mamadou Sow a reçu une balle au niveau de sa poitrine. Quelques minutes plutard, il a succombé de sa blessure.

A en croire la cellule de communication du FNDC, ce sont des policiers qui aurait “tirer” sur le jeune manifestant.

“Le corps de Mamadou Sow a été transporté à la clinique Dogomet”, a confié Cheick Sacko

Cet acte 8 du FNDC est le premier jour de manifestation illimité contre le troisième mandat en Guinée. Pas mal d’accrochages entre forces de l’ordre et manifestants qui ont été enregistrés par endroit à Conakry.

Deux déclarations du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile

Au courant de l’après-midi du lundi 13 janvier 2020, une information faisant état de la mort d’un jeune à Labé a été diffusée et vient d’être confirmée par les autorités administratives de la ville. Cependant, il n’a pas été possible pour l’instant de déterminer avec exactitude les circonstances de la mort et l’identité de la victime.

Par contre, les informations selon lesquelles ce décès serait intervenu suite à un tir dont l’auteur serait un certain Ibrahima Sory Camara, Adjudant-Chef en service à la région de Gendarmerie de Labé, sont totalement infondées. En effet, l’intéressé s’est présenté ce matin à Conakry après être arrivé dans la nuit de dimanche à lundi en provenance de Labé pour assister à sa formation d’Officier de Police Judiciaire, vérification faite par sa hiérarchie.

Tout en sollicitant la contribution des véritables témoins des circonstances dans laquelle le décès est intervenu, le Ministère de la Sécurité invite les médias et les animateurs de réseaux sociaux à plus de prudence dans la diffusion des informations liées à des événements aussi graves et nécessitant des investigations sérieuses.

Le Ministère de la Sécurité et de la protection Civile présente ses condoléances à la famille de la victime et souhaite un prompt rétablissement aux blessés enregistrés aussi bien dans les rangs de forces de sécurité que parmi les paisibles citoyens.

Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile

Situation à 18 heures :

La manifestation du FNDC du Lundi 13 Janvier 2020, a été émaillée par l’érection des barricades de toutes natures y compris des troncs d’arbres, du déversement de l’huile de vidange sur les chaussées, qui pourraient entrainer de graves accidents de circulation routière, des jets de pierres sur les biens publics et privés, ainsi que sur les forces de l’ordre ayant entrainé des blessés et des dégâts matériels.

Dans la zone spéciale de Conakry, sur les 131 quartiers, des troubles ont été enregistrés dans 12 quartiers, notamment à Kènien et Hafia dans la commune de Dixinn, Touguiwondy port et Bonfi dans la commune de Matam, Gbessia Port I et II, Dabompa, dans la commune de Matoto, Dar-es-salam, Bomboli, Bambéto, Simbaya, Nongo, Kaporo rails dans la commune de Ratoma, Coronthie dans la commune de Kaloum.

A l’intérieur du Pays : sur les 33 préfectures, l’appel à la manifestation par le FNDC a été observé à Boffa, Boké, Mamou, Dalaba, Pita, Labé et Lelouma.

A Boffa, la route nationale Dubréka-Boffa-Boké, barricadée à hauteur de Boffa a été libérée par les forces de l’ordre sans incident et la circulation a repris son cours normal.

A Pita, les locaux du commissariat central de Police et de la brigade de la Gendarmerie Territoriale ont fait l’objet de jets de pierres par des manifestants ayant entrainé des dégâts matériels importants.

A Labé, après plusieurs tentatives d’attaque des sièges du Gouvernorat et de la Préfecture, les manifestants se sont attaqués au Tribunal de Première Instance de Labé qui a été finalement incendié avec deux véhicules consignés. Ils se sont également attaqués au siège du RPG Arc-en-ciel au quartier Konkola de la commune urbaine.

A Conakry aux environs de 17h, un dépôt de corps a été enregistré à la morgue de l’Hôpital Ignace Deen par la Croix rouge.

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile présente ses sincères condoléances à la famille du défunt et annonce l’ouverture d’une enquête pour élucider les circonstances de la mort de Thierno Mamadou SOW.

Toujours dans la zone Spéciale de Conakry, 10 personnes ont été interpellées.

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile appelle les citoyens au calme et à la retenue et rassure que toutes les dispositions sont prises pour mener à bien sa mission de protection des personnes et des biens.

Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile