conakrytime

La CENI s'entête et arrête l’enrôlement / Les Guinéens en colère

GUINÉE  /  17 Dec 2019

La CENI ne prévoit pas de rallonger le délai de l’opération d’enrôlement (Me Kébé)

Alors que l’opération d’enrôlement des électeurs prend fin ce lundi, 16 décembre 2019 sur l’ensemble du territoire, la commission électorale nationale indépendante (CENI), a organisé une conférence de presse, pour faire le point sur l’évolution du processus.

Face aux hommes de médias, le président de la CENI, a expliqué ce qui a été fait jusque-là, mais aussi ce qui est en train et qui va être fait pour la suite du processus.

Dans cet exercice, Me Salif Kébé, a tenu à faire une précision en ce qui le prolongement de l’opération d’enrôlement, souhaité par plusieurs citoyens, qui estiment que le nombre de jours n’était pas suffisant.

« C’est la CENI même, qui a fixé les 25 jours, après tous les calculs que nous avons pu avoir. Nous savions les vicissitudes inhérentes à toute activité sur le terrain. Donc, la CENI à priori ne prévoit pas de rallonger le délai. Nous nous disons que nous avons pris toutes les précautions pour cette opération », a indiqué le président de la CENI.

Non prorogation de l’opération d’enrôlement : « la CENI ne veut pas faire les choses correctement » (BAH Oury)

Peu avant l’annonce du président de la commission électorale nationale indépendante (CENI), disant que l’opération d’enrôlement qui prend fin ce lundi 16 décembre 2019 ne seront pas prorogées, Bah Oury qui a été contacté par notre rédaction, exigeait cette prorogation avec toutes ses raisons.

« Depuis 5 ans il n’ya pas eu de révision des listes électorales. Or, la loi prévoit que chaque année du 1er janvier au 5 décembre, il faut procéder à la révision du fichier électoral pour le rendre toujours vivant. C’est ce qui n’a pas été le cas. La CENI, veut que ce qui n’a pas été fait en 5 années, puisse être fait en 25 jours au détriment de la loi. Donc, cela veut dire qu’elle ne veut pas faire les choses correctement », a estimé BAH Oury, leader du parti union pour la démocratie et développement (UDD).

« Il faut prolonger le processus, il faut mettre plus de rigueur, il faut que la loi soit totalement respectée pour que tous les citoyens guinéens puissent se faire enrôler dans le calme et dans la sérénité » a insisté Bah Oury.

Avec cette décision de Me Amadou Salifou Kébé, les citoyens n’ayant pas été enrôlés, n’auront de choix que d’attendre une autre occasion.

Enrôlement des électeurs : « la CENI est en train de s’amuser avec le feu dans notre pays» (Cellou Baldé)

Alors que ce lundi 16 décembre 2019, marque la fin de l’opération d’enrôlement des électeurs, le député uninominal de Labé, s’en est ouvertement pris à la Commission Electorale nationale indépendante (CENI), qu’il accuse d’être à l’origine d’une situation, à ses yeux ‘’déshonorante’’.

Pour Cellou Baldé, ce qui s’est produit pendant cette période de révision est pire que ce qui a été observé jusqu’ici.

« On a assisté à une mascarade. La CENI, de façon préméditée et délibérée, a fait en sorte que dans beaucoup de circonscriptions, qu’il n’y ait pas suffisamment de récépissés. Vous prenez Ratoma, sur un potentiel de 400 mille électeurs inscrits en 2015, la CENI n’avait déployé que 170 mille récépissés. Vous prenez les formulaires d’inscriptions, les certificats de résidence, c’est tout un business qui entoure cela. Un autre aspect, quand vous prenez l’opération de radiation, on a une partie en Guinée où les morts sont vraiment morts, ils sont radiés du fichier électoral et il y a une autre partie où les morts sont encore vivants.

(…) C’est ce qui fait que nous, du côté de l’opposition, ce n’est pas une rallonge que nous demandons parce que nous avons été appelés pour qu’on discute des conditions d’organisation des élections législatives et notamment du calendrier électoral. Sur la base du communiqué pris par le président de la république au soir du 14 octobre 2019, nous avons demandé à ce que le processus soit totalement arrêté, que nous nous retrouvions autour de la table pour que nous réévaluions le processus électoral notamment le calendrier. Aujourd’hui, il n’y a pas de fichier, celui que nous avons est totalement corrompu. Donc, je crois que la CENI est en train de s’amuser avec le feu dans notre pays. Nous devons arrêter le processus, que toutes les parties prenantes se retrouvent pour qu’on s’entende sur comment doter enfin notre pays d’un fichier réellement biométrique », a fustigé le coordinateur des fédérations de l’UFDG de l’intérieur du pays.

Enrôlement des électeurs : malgré la décision de la CENI, la prorogation du délai toujours souhaitée

La date butoir de l’opération d’enrôlement des électeurs, c’est ce lundi, 16 décembre 2019. Mais, sur le terrain, beaucoup d’agents recenseurs et de citoyens continuer de solliciter de la part de la CENI le rallongement de cette activité, malgré que celle-ci se soit déjà prononcée sur la question.

Au secteur Nassouroulaye, quartier Cosa dans la commune de Ratoma, Mamadou Alimou Barry, un agent recenseur rencontré par un de nos reporters ce lundi 16 décembre, après avoir étalé quelques dysfonctionnements rencontrés dans sa CAERLE, a plaidé auprès de la CENI pour la prorogation de la date des opérations afin de permettre aux nombreux citoyens n’ayant pas été recensés, de l’être.

« Il n’y a pas beaucoup d’engouement.Surtout, nous sommes en manque de récépissés. Une centaine de personnes n’ont jusqu’à présent pas reçu leurs récépissés. Nous demandons à la Ceni de bien vouloir augmenter les jours. Si elle le fait, ça serait très bon car, plusieurs personnes ne sont toujours pas enrôlées encore… », a-t-il plaidé.

Plusieurs autres citoyens qui se sont fait recensés, n’ont pu avoir de récépissés. C’est le cas de Barry Mamadou Djouma qui dit s’être recensé depuis deux semaines mais sans récépissé.

» Je suis venu récupérer mon récépissé puisque c’est le dernier jour aujourd’hui. Mais, ils m’ont dit que ce n’est toujours pas disponible. Donc, de patienter encore », a déclaré ce citoyen.

Reste donc, à savoir si la commission électorale nationale indépendante (CENI), va accéder à la demande pressante de prorogation, sachant qu’elle a déja donné une position sur la question.

Parachèvement élections communales 2018 : Me Kébé justifie la non disponibilité des résultats par quartier et par district

A la reprise du dialogue politique, la semaine dernière, le parachèvement du processus des élections communales de 2018, a été mis à l’ordre du jour des discussions.

Mais la CENI, a du coup, fait savoir qu’elle ne dispose de résultats pour permettre l’installation des conseils de quartiers et de districts. Ce qui a d’ailleurs conduit l’opposition, à suspendre sa participation aux travaux du comité de suivi.

En conférence de presse, ce lundi, 16 décembre 2019, le président de la CENI, a réitéré cette incapacité de son institution de fournir à ce jour les résultats par quartiers et districts.

Me Kébé, a confié qui le système électoral actuel de la Guinée interdit toute totalisation intermédiaire entre le bureau de vote et la CACV.

« A aucun moment, dans nos opérations lors des communales, la CENI n’a eu à travailler sur les résultats regroupés par quartier ou par district. Vous savez, notre système électoral est de telle sorte qu’après le vote, il n’y a pas de transition entre le bureau de vote et la commission de centralisation. Il n’ya pas de lieux de regroupement, par exemple par quartier ou par district. Toute totalisation intermédiaire entre le bureau de vote et la CACV est interdite (…). C’est pourquoi la CENI est incapable aujourd’hui, de produire ce résultat. Vous nous demandez de vous trouver les résultats par bureau de vote, nous sommes capables », a-t-il évoqué.

Il a par ailleurs indiqué, que le législateur doit désormais y penser.

« Ceux, qui sont chargés de faire les lois doivent peut-être y penser. Mais nous, nous ne pouvons pas le faire, parce qu’il n’était pas possible de le faire (…). Certains pensent que c’est impensable qu’on n’ait pas fait ce travail-là, alors que la loi nous l’interdit. Cela n’est pas possible dans notre système électoral », a-t-il ajouté.

A en croire Me Kébé, la CENI, a même demandé aux acteurs politiques, de leur accorder un temps pour retrouver les résultats des bureaux de vote, afin de pouvoir classer par quartier et par district. Ceci, pour trouver un consensus autour de cette question.

Il précise toutefois, que ce travail demande un personnel et un budget supplémentaires.

Dernier jour de l’enrôlement/Matoto : des dysfonctionnements encore constatés dans des CAERLE (Constat)

L’opération d’enrôlement des électeurs entamée depuis plusieurs semaines, doit prendre fin ce lundi 16 décembre sur toute l’étendue du territoire nationale.

Suite à un constat effectué par notre rédaction dans les CAERLE de Simbaya école secteur II et Simbaya Senawé dans la commune de Matoto, plusieurs dysfonctionnements ont été observés.

Le président de la CAERLE de Simbaya école, Mohamed Fadi Sylla interrogé par notre report, a révélé que leur machine a même été déprogrammée par la Commission Électorale Nationale Indépendante.

« Ce que la CENI nous a dit, elle n’a pas respecté. Nous n’avons jusqu’à présent pas perçu nos primes. Ensuite, notre machine a été déprogrammée hier nuit par la CENI. Le superviseur de la CENI s’est présenté ici ce matin. Peut être, la machine sera reprogrammée aujourd’hui pour qu’on puisse continuer le travail », a-t-il révélé.

Par ailleurs, Mohamed Cissé qui est un opérateur de saisie dans le quartier Simbaya secteur Senawé, a dénoncé la faible affluence et le manque de récépissés rencontré au sein de sa CAERLE.

« Ces derniers jours, il n’y a pas eu d’affluence du tout. Parce que depuis le matin, on a reçu qu’une dizaine de personnes, contrairement au début où on pouvait recevoir une vingtaine avant 10 heures. Concernant les difficultés, nous n’avons eu q’un manque de récépissés.

Durant ce processus nous avons eu aussi à faire face à des altercations qui ont éclatées entre des membres des CAEREL et de la CECI qui est pourtant leur hiérarchie. Donc, vue toute ces anomalie, j’espère qu’il va y avoir une prolongation de la part de la CENI », a souhaité Mohamed Cissé.

Avec Mosaique Guinée