conakrytime

Alpha Condé sévèrement attaqué par son ancien ministre (...) qu'il a sorti de l'ornière et hissé à son apposée / Quelle ingratitude ????​

GUINÉE  /  27 Oct 2019

Près de 48 heures après la sortie médiatique du Président Alpha Condé dans le journal français ‘’Le Monde’’, en Guinée, les réactions ne manquent pas.

L’ancien ministre de la culture Siaka Barry, a pour sa part relevé dans cet entretien des propos choquants et inopportuns en plus de la diversion.

« Merci à mosaïque.com pour m’avoir donné l’opportunité de réagir aux sujets politiques brûlants de l’heure. La dernière sortie du Président Alpha Condé dans le journal « le monde » se serait apparenté à du « déjà-entendu » si par endroit certaines phrases choquantes et inopportunes ne s’étaient pas invitées cette fois-ci dans son laïus. Que le président Alpha Condé veuille entretenir le flou autour d’une intention clairement perçue aujourd’hui par l’opinion nationale et internationale, là n’est plus qu’une diversion. Quand on sait que son intention de s’accrocher au pouvoir au-delà du délai constitutionnel devient de plus en plus mortifère et morbide. Nous venons de compter une dizaine de morts rien que la semaine dernière. Mais, qu’Alpha Condé dise qu’en plusieurs endroits du monde, il y a eu des morts avant d’aboutir à des référendums, laissant sous-entendre qu’il est prêt à en arriver à un tel degré de violence pour faire valider son projet macabre de « présidence à vie », cela m’a profondément sidéré. Je suis d’autant plus décontenancé que cet homme représentait pour moi personnellement un modèle de vertu démocratique et une figure du combat républicain dans la lignée des Mandela. Mais cette phrase lancée par le Président Alpha Condé au journal « le monde » rappelle plutôt une dérive à la Bokassa et confirme cette assertion du camarade Ahmed Sékou Touré : « l’homme est un inconnu connu »

Le président du parti ‘’Guinée Débout’’ a soutenu le bienfondé de la stratégie FNDC et vanté les mérites de cette dernière, basée sur la contestation par la rue.

Pour l’ancien ministre de la culture, membre actif à ce jour du FNDC, « la stratégie, même injuste, peut remporter la victoire », écrit-il.

Siaka Barry considère que l’objectif n’est pas de destabiliser l’Etat mais de le pousser à écouter intelligemment la voix du peuple.

« Avant de verser dans la stratégie, analysons d’abord le bien-fondé de notre combat au FNDC. Car dans la guerre, une stratégie même injuste peut remporter la victoire. C’est ce que Cheick Hamidou Kane appelait « l’art de vaincre sans avoir raison » ! Dans ce combat du Front national de défense de la constitution, la raison est-elle de notre côté ? Le droit est-il de notre côté ? Voilà les questions qui valent la peine d’être posées. Si oui, alors cette célèbre phrase de Victor Hugo s’impose dans ce contexte guinéen : « le droit à sa colère et la colère du droit est un élément du progrès »…Alors pour le FNDC c’est la colère du droit qui s’exprime sous nos yeux dans les rues de Conakry et de l’intérieur. L’objectif n’est pas de déstabiliser l’Etat, mais de créer en lui un déclic à même de le pousser à écouter intelligemment la voix du peuple. Je suis d’avis que toute la stratégie ne se résumera pas à la rue, mais dans un contexte où la légalité est piétinée il ne reste qu’à la légitimité de se faire entendre et respecter », reste persuader Siaka Barry qui a conclu cette interview par une invite qu’il a faite au Chef de l’Etat guinéen : « Je demande au président Alpha (à quelques mois de la fin de son dernier mandat) de nous sortir de ces stratégies et calculs politiciens, afin d’orienter nos intelligences vers une réflexion saine porteuse des germes de développement et du progrès ! »

Avec Mosaique Guinée