conakrytime

Les femmes du FNDC, perspicaces: « Désormais s’il y a une victime nous sommes décidées à la porter à bout de bras jusqu’à la présidence »

GUINÉE  /  23 Oct 2019

La marche blanche des femmes du front national pour la défense de la constitution (FNDC), s’est déroulée sans incident, ce mercredi, 23 octobre 2019.

Du rond point de Hamdallaye à l’esplanade du stade du 28 septembre, ces femmes scandaient des slogans tels que « justice zéro, arrêtez de tirer sur nos enfants »

A l’esplanade du stade, elles ont fait une déclaration en exprimant leur cri de cœur à l’endroit du gouvernement Guinéen.

« Désormais s’il y a une seul victime nous sommes décidées à la porter à bout de bras jusque chez le président de la république Alpha Condé, à Sékoutoureah », préviennent-elles.

Elles réitèrent leurs engagement et à accentuer les manifestations pacifiques, jusqu’à ce que justice soit rendue pour tous ces jeunes qui ont été abattus.

« A compter de ce mercredi toutes les femmes de Guinée vont manifester dans leurs quartiers et communes respectifs jusqu’à ce que l’ouverture des enquêtes sur les crimes soient effectives .Nous lançons un appel à toutes les femmes du pays éprises de justice de paix et démocratie sur l’étendue du territoire national de descendre dans la rue pour réclamer justice pour toutes les victimes », lancent_ elles

Ces mères de familles, ont par ailleurs mis en garde le gouvernement et les forces de l’ordre contre toute forme d’exaction à l’endroit des citoyens, qui manifestent paisiblement pour réclamer leurs droits.

Une association de femmes invite le président à libérer tous les membres du FNDC condamnés


A l’occasion d’une conférence de presse animée ce mercredi 23 octobre 2019 à la maison de la presse à Conakry, des femmes se réclamant de l’amicale des femmes patriotes pour la paix en Guinée (AFPPG), ont invité le président de la République à libérer tous les membres du FNDC et de la société civile condamnés.

« Nous femmes patriotes pour la paix en Guinée (AFPPG), sollicitons humblement auprès de votre haute autorité la libération de tous les membres du FNDC et de la société civile qui viennent d’être condamnés », ont-elles dit dans une déclaration.

Elles soutiennent aussi avoir appris à travers les réseaux sociaux, l’arrestation d’officiers militaires en majorité « soussous et forestiers » pour des raisons qu’elles disent ignorer.

« Si c’est le cas, nous vous demandons très respectueusement Excellence monsieur le Président de la République, de les libérer pour le maintien de la paix et de la quiétude sociale qui vous sont si chères pour notre pays », ont-elles lancé.

Elles demandent également l’ouverture d’enquêtes, pour élucider les cas de meurtres survenus en Guinée depuis 2010.

Avec Mosaique Guinée