conakrytime

URGENT/ La CENI dément le président de la République : « Il sait qu’il est impossible de tenir les élections législatives cette année »

GUINÉE  /  7 Sep 2019

Il y a trois jours, le mercredi 04 septembre exactement, le Chef de l’Etat, dans une adresse à la nation, a engagé le premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, à soutenir et accompagner la CENI pour l’organisation des élections législatives, dans le courant de cette année.

Mais au sein de certaines formations politiques, le doute subsiste encore, quant à la possibilité de tenir ces élections d’ici la fin d’année.

Etienne Soropogui, président de l’organe provisoire du mouvement « Nos Valeurs Communes », que nous avons joint ce vendredi, s’est exprimé à ce sujet.

Pour lui, le président Alpha Condé, sait mieux que personne, qu’il est techniquement impossible de tenir ces élections cette année.

« … Nous nous interrogeons sérieusement et avec une dose d’inquiétude sur la demande formulée par le président de la République de tenir les élections législatives cette année. Nous nous interrogeons, parce que le Chef de l’Etat est l’une des personnes les plus informés de la République. Il (Président de la République) sait pertinemment qu’il est techniquement impossible de tenir les élections cette année. Pour la simple raison que certaines opérations d’envergure ne sont pas encore lancées, et celles qui sont lancées sont loin d’être bouclées. Ça saute aux yeux », s’est voulu tranchant l’ancien directeur des opérations de la commission électorale nationale, (CENI).

A noter que ces élections législatives, qui tardent à se tenir, devraient permettre de remplacer les élus du peuple, dont le mandat est terminé depuis plusieurs mois.

Nouvelle constitution : « nous devons nous résoudre à considérer que le débat est clos »

Le discours du président Alpha Condé sur une nouvelle constitution, continue de provoquer des réactions dans le landerneau politique guinéen.

En plus du front national pour la défense de la constitution, qui exclut toute consultation en ce qui concerne un changement constitutionnel, plusieurs leaders de partis politiques ont donné leurs positions.

C’est le cas d’Étienne Soropogui, président de l’organe provisoire du parti » Nos Valeurs Communes ».

L’ancien directeur des opérations de la CENI, que nous avons joint ce vendredi, 06 septembre 2019, dit prendre acte de l’adresse à la nation du chef de l’Etat.

Cependant, il estime que même s’il est vrai que le débat est essentiel et important en démocratie, on ne peut pas se permettre d’ouvrir le débat sur tous les sujets.

« Nous estimons au nom des ‘’Valeurs communes’’, qu’il est extrêmement dangereux de rouvrir le débat sur certaines de nos assises fondamentales. Sur ces questions, nous devons nous résoudre à considérer que le débat est clos. Il faut donc refuser, et, nous nous réjouissons que ça soit la position du FNDC, de refuser de prendre part à ces consultations annoncées, parce que nous connaissons tous le but visé. Le peuple de Guinée ne veut pas d’une constitution taillée sur mesure. Cela doit être claire et net pour tous ceux et celles qui s’agitent », a-t-il fermement indiqué.

Avec Mosaique Guinée