conakrytime

La Banque mondiale n'apporte à la Guinée, toujours dirigée par des nuls, que 23 minables millions de dollars pour prétendre soutenir l'agricole

GUINÉE  /  16 Mar 2017

Moderniser et rentabiliser la filiale rizicole mais aussi concrétiser le programme présidentiel de relance des cultures d’exportation ou de rentes, tel est l’objectif de la banque mondiale en Guinée Conakry. C’est pour matérialiser cet objectif que l’institution de Bretton Woods a accordé un prêt de 23 millions de dollars à ce pays.

Signé lundi 13 mars en présence du représentent du bureau de la Banque mondiale en Guinée, Rachid B. Radji et le ministre guinéen de l’Economie et des Finances, Maladio Kaba, ce prêt constitue le deuxième volet du programme de productivité agricole financé par l’institution internationale.

Le premier qui avait été financé à hauteur de 9 millions de dollars par la Banque mondiale durant les cinq dernières années, a permis d’augmenter de 30% les revenus des bénéficiaires. Plus de 10.000 personnes ont bénéficié du programme de productivité agricole, dont plus de 80% de femmes.

La Banque mondiale dispose aujourd’hui d’un portefeuille de financement net pour la Guinée estimé à plus de 200 millions de dollars. Toutefois, selon la BM, l’économie guinéenne sera confrontée à deux risques majeurs dans les mois et l’année à venir.

Le premier est lié à la difficulté pour la Guinée de maintenir en 2017 le cap des réformes macroéconomiques et budgétaires. La deuxième difficulté réside dans la nécessité de conserver un niveau d’aide suffisant pour compenser la baisse du cours des matières premières et de continuer à bénéficier du soutien des donateurs en faveur du plan de relance post-Ebola.

La Banque mondiale a accordé un prêt de 23 millions de dollars au gouvernement guinéen pour soutenir le programme de productivité agricole dans le pays.

Le protocole d'accord a été signé lundi, entre le représentent du bureau de la Banque mondiale en Guinée Rachid B. Radji et le ministre guinéen de l'Economie et des Finances Mme Maladio Kaba.

Le prêt sera essentiellement orienté vers la modernisation et la rentabilité de la filière de riz dans le pays.

De même, le montant sera utilisé pour la concrétisation du programme présidentiel de relance des cultures d'exportation ou cultures de rentes telles le café, le cacao, l'anacarde, le palmier à huile, l'élevage, la pisculture, etc.

La vulgarisation des techniques et pratiques agricoles seront également prises en compte dans le financement de la BM.

Selon une évaluation faite récemment par la BM, le premier volet de programme de productivité agricole qui avait été fiancé à hauteur de 9 millions de dollars par la Banque mondiale en Guinée durant les cinq dernières années a permis d'augmenter de 30% les revenus des bénéficiaires. Plus de 10.000 personnes ont bénéficié du programme de productivité agricole, dont plus de 80% de femmes.

Pour M. Radji, la Banque mondiale dispose de nos jours d'un portefeuille de financement net pour la Guinée estimé à plus de 200 millions de dollars.

Avec Xinhua et Financial Afrik